Mirin : l’alcool de riz sucré pour la cuisine japonaise

alccol de riz sucré mirin
Mirin / © Laure Kié

Le mirin, comme le saké, est un des ingrédients de base de la cuisine japonaise. Sans cet alcool de riz sucré, il est difficile de retrouver le goût des plats japonais. Il s’utilise pour la réalisation de sauces, en assaisonnement, dans des plats mijotés, des marinades… A toujours avoir dans son placard !

 La fabrication du mirin

Ce vin de riz d’une couleur ambrée et d’un aspect sirupeux est fabriqué à partir de riz gluant « mochigomé » cuit à la vapeur et auquel est ajouté une eau de vie, le « shochu ». Il est ensuite fermenté par le « koji » (tout comme le saké). Il existe au Japon une grande variété de mirin. Sa qualité dépend bien sur des ingrédients utilisés mais également de la méthode et du temps d’affinage. Son degré d’alcool est en général légèrement inférieur à celui du saké (de 11 à 16° environ).

Son utilisation en cuisine

Ce « saké » doux et sucré ne s’utilise qu’en cuisine et comme il est le plus souvent chauffé, l’alcool qu’il contient s’évapore. Il donne aux plats une douceur qui équilibre bien souvent le côté salé de la sauce soja. De plus, il donne un joli aspect laqué aux plats, comme dans cette recette de poisson teriyaki. Cet alcool de riz est souvent utilisé dans la réalisation de sauces sucrée-salées (sauce yakitori, teriyaki, dengaku…), de marinades (en association avec le miso, par exemple), de bouillons ou tout simplement pour assaisonner un plat. Il peut même rentrer dans la composition de certains desserts!

Où acheter cet ingrédient?

Découvrir la recette du saumon teriyaki à base de mirin

Découvrir une autre recette de sauce utilisant ce saké sucré.

 

 

Une réflexion au sujet de « Mirin : l’alcool de riz sucré pour la cuisine japonaise »

Les commentaires sont fermés.